Comment reussir sa reconversion professionnelle ?

Réussir sa reconversion professionnelle implique d’avoir la volonté de changer de métier.
 
C’est avant tout dessiner un nouvel avenir pour sa carrière professionnelle avec comme conséquences multiples :
  • de reprendre ses études ou de faire une formation diplômante reconnue
  • de changer de métier en restant sur le même secteur d’activité
  • d’adapter son métier aux évolutions techniques et numériques
  • de changer de domaine d’activité pour découvrir un nouveau métier

Réussir sa reconversion professionnelle, c’est réussir un nouveau challenge que vous seul avez le pouvoir d’envisager.

Il n’est pas rare de croiser des articles qui traitent de ce sujet, de pouvoir lire des retours d’expérience, de constater qu’il est parfois difficile de se reconvertir.
 
Cette transition professionnelle est d’autant plus difficile qu’elle intervient généralement après une longue période de travail dans une ou plusieurs entreprises, et qu’elle résulte souvent d’une perte de sens, d’une perte de motivation.
 
Mais abordons la reconversion professionnelle comme l’occasion d’apprendre et de se former.
 

Les formations les plus recherchées

Certaines formations sont plus demandées que d’autres pour les reconversions professionnelles.
 
Les écoles et organismes de formation l’ont bien compris en adaptant les contenus de certaines formations pour les rendre les plus rapidement fonctionnelles dans la vie professionnelle.
 
Citons quelques exemples d’écoles et quelques exemples de formations particulièrement recherchées
 
  • L’école AUDENCIA (https://www.audencia.com/) qui propose une branche communication et média, domaine professionnel très demandé avec de multiples débouchés possibles : community manager, relations presse, rédacteur web.
  • L’organisme CIFAC dont la vocation est de préparer des métiers liés à l’artisanat (métiers de bouche et de la santé entre autres). Ces reconversions sont également importantes, car elles concernent des secteurs avec une forte pénurie de main-d’œuvre.
  • L’organisme AFPA qui prépare notamment aux métiers d’aide à la personne (aide à domicile, assistante sociale)
D’autres métiers qui n’existaient pas il y a encore quelques années sont aussi très prisés. C’est le cas du secteur du numérique qui développe des formations de chief value officer ou chief digital officer, ou encore du secteur de l’agro-alimentaire qui réinvente des métiers de responsable d’achat avec une fibre éco-responsable.
 

Un processus par étapes

 
Il n’y a généralement pas de carrière professionnelle toute tracée d’avance. Le métier que l’on exerce est souvent lié à des opportunités qui nous ont été proposées, des rencontres déterminantes, des secteurs d’activité qui embauchent en masse à certains moments.
 
Difficile aussi la prise de décision pour son avenir lorsqu’on est jeune et peu informé de l’ensemble des possibilités de formation.
 
Alors la reconversion prend tout son sens pour redéfinir son projet professionnel basé sur l’expérience déjà acquise et les connaissances transversales qui constituent un solide bagage.
 
  1. Savoir vers quoi on se projette est la première étape. Faire une mise à jour des informations pour se reconvertir, connaître les dispositifs qui aident les salariés pour leur reconversion (organismes professionnels, organismes territoriaux ou régionaux), savoir à quoi on a le droit et dans quel cadre légal.
  2. Définir son pourquoi. Pourquoi je souhaite faire une reconversion professionnelle ? Pourquoi je souhaite ce changement ? Quels sont les avantages que je recherche dans le cadre de ce changement ? Définir son pourquoi c’est trouver du sens à son action et déterminer les moyens à mettre en œuvre pour y arriver. Sans pourquoi il n’y a pas de comment ni de quoi (golden circle de Simon SINEK).
  3. Sortir de sa zone de confort. Expression souvent employée, mais pas forcément évidente à appréhender. Sortir de sa zone de confort, c’est se remettre en question, accepter l’idée de laisser derrière soit des habitudes, une routine professionnelle qui laisse peu de place à l’épanouissement. Sortir de sa zone de confort, c’est se mettre en danger, c’est aller au devant de nouveautés. C’est un processus délicat qui nécessite de s’y préparer : vous pouvez par exemple faire un bilan de compétences avec un professionnel qui vous accompagnera et vous aidera à vous projeter plus sereinement.
  4. J’ai évoqué un point important un peu plus haut qui mérite d’être développé. Vous ne repartez pas à zéro, vous avez une base de connaissances importante, des compétences acquises tout au long de ces années, un carnet d’adresses professionnel, une connaissance des rouages du monde de l’entreprise. Se former n’entraîne pas l’annulation du passif, c’est plutôt l’adaptation de ses compétences à un nouveau domaine d’activité. C’est également transposer son univers professionnel à un autre avec de nouveaux outils et un cadre différent.
  5. Le soutien des proches. Dans le processus de reconversion professionnelle, l’entourage joue un rôle déterminant. Il est soutien, il est conseil, il permet de réaliser le changement en donnant du sens. Il suffit parfois d’un mot d’encouragement ou d’un simple conseil pour enclencher le processus. L’idéal est d’avoir des proches qui comprennent et vous poussent vers le haut.

Réussir sa reconversion professionnelle n’est pas un long fleuve tranquille, c’est un chemin semé d’embûches. Mais vouloir changer en soit est déjà un challenge et tout challenge a ses bons et mauvais côtés.

0
utilisateurs ont déjà trouvé leurs nouvelles voies grâce à nos différents conseils
avatar

Vincent Desnoyer

Reconverti en coach de vie à 50 ans, j'ai pu vraiment comprendre toutes ces problématiques de près. Chercher la bonne formation, sans mettre à mal mes économies, ce n'est pas toujours un pas très facile à franchir. Mais se forcer à travailler dans quelques choses qu'on n'aime pas, ça n'est qu'une solution temporaire avant le burn out. Prenez-soin de vous !

Table des matières